Benoit Boulet rejoint Cotting Group

Benoit Boulet

Depuis juin 2020, M. Benoit Boulet a rejoint le groupe Cotting en tant que Directeur Général.

Quel est votre parcours ?

Après une double formation d’Ingénieur à l’INSA Lyon et du Mastère Entrepreneurs à HEC Paris, mon parcours professionnel se résume en 3 étapes. La direction de sites industriels, la direction commerciale, puis la suite logique de direction générale. J’ai eu la chance de travailler dans des secteurs très variés : la fonderie pour l’industrie automobile, la blanchisserie industrielle, l’industrie de l’ameublement, la logistique contractuelle, l’économie circulaire des produits électroniques, l’assurance ou encore le e-commerce. J’ai également un parcours international, ayant vécu 12 ans hors de France, et ayant dirigé des sociétés dans 7 pays. J’ai enfin eu l’opportunité de réaliser l’acquisition et l’intégration de plusieurs sociétés à l’international.

Quelles sont vos premières impressions en arrivant chez Cotting ?

En arrivant chez Cotting début juin, j’ai d’abord découvert 2 sociétés – Griffine en France et Plastibert en Belgique – qui sont très différentes et très complémentaires. Plastibert est très agile et très diversifiée, alors que Griffine est plus structurée et plus centrée sur d’autres secteurs tels que l’automobile, l’ameublement ou la maroquinerie. Chaque société peut apporter à l’autre. La résilience de Plastibert face à la crise – du fait de sa diversification – est un exemple à suivre pour Griffine. Le savoir-faire acquis notamment via ses clients automobiles peut également bénéficier à Plastibert.

J’ai également été marqué par la grande technicité et l’exigence de nos métiers. Ainsi, notre service qualité s’assure que nous répondons à toutes les normes qualité propres à chaque secteur, voire propres à certains clients. Nos produits sont certifiés selon les normes les plus exigeantes, avec des tests d’usure pouvant dépasser les 2 millions de cycles. Certains défauts sont analysés au microscope.

Certains produits sont testés en étant exposés à des conditions de température extrêmes dans des conditions réelles, pendant 2 étés et 2 hivers, dans le désert de l’Arizona ou du Kalahari.

.

J’ai découvert enfin des sociétés solides qui ont construit une longue histoire. Ainsi, Griffine va fêter l’an prochain ses 75 ans d’existence. A l’époque des start-ups et de l’accélération généralisée, une telle longévité est remarquable.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Cotting ?

J’ai choisi de rejoindre Cotting pour plusieurs raisons.

D’abord, j’aime son métier qui est la synthèse d’une production industrielle robuste et exigeante et d’un savoir-faire quasi artisanal centré sur l’humain, pour fabriquer du textile enduit, un produit à la fois utile, esthétique, et durable.

Ensuite, j’aime la diversité des activités de Cotting. Nous avons la chance d’être présents sur des secteurs très variés, allant de l’habillage intérieur automobile à la maroquinerie de luxe, en passant par l’ameublement pour les hôtels, restaurants ou salles de spectacle, les vêtements de protection pour l’industrie, le matelas pour le médical ou encore le nautisme.

Enfin, je crois au formidable potentiel de Cotting, grâce aux perspectives du marché. Le marché du textile enduit est en croissance de 4% par an depuis 10 ans et pour les 5 prochaines années, hors effet COVID. Nous sommes donc sur un marché en croissance sur le long terme, sur lequel il est de ce fait pertinent d’investir.

Quels sont les enjeux pour Cotting ?

Les 5 principaux enjeux de Cotting sont : le développement durable, l’innovation, l’agilité, la digitalisation, et l’excellence opérationnelle.

Nos produits répondent au mouvement de fond vers plus de vegan. Le textile enduit permet d’obtenir un article sans matière d’origine animale, ce qui correspond à la tendance.

Par ailleurs, nos produits sont certifiés Sanitized, ce qui signifie qu’ils ont des caractéristiques antimicrobiennes et contre les coronavirus, à la différence d’autres produits textile ou cuir, ce qui est particulièrement important en cette période de crise sanitaire.

Cotting a été précurseur dans l’usage de vernis sans solvant à base d’eau, et plus récemment dans l’utilisation de vernis que nous recyclons nous-mêmes.

Nous devons aller encore plus loin, en accompagnant nos clients sur des solutions de textile recyclé notamment. Plusieurs projets d’innovation sont en cours au sein de notre service R&D.

Nous devons également d’avantage valoriser la réduction de notre empreinte carbone. Nous avons la fierté de produire près de nos clients qui sont principalement situés en Europe. Le made in France et le made in Belgium contribuent fortement à réduire cette empreinte carbone.

Notre second enjeu est l’innovation. Nous prévoyons prochainement de sortir un produit unique, qui répondra à des enjeux majeurs pour nos clients, autour de personnalisation de la couleur et de la sérigraphie, incluant des possibilités de textile connecté. Les applications potentielles seront multiples.

Nous avons également accéléré avec la sortie de 2 gammes majeures : la gamme Flanel et son superbe aspect tissu en début d’année, et d’ici le mois de novembre la gamme Bakero dédiée à l’outdoor et au nautisme. Nous devons innover encore plus régulièrement, et je vise au moins une nouvelle collection par an pour Cotting.

Nous devons aller plus loin dans l’adaptation du design et en particulier des couleurs de nos produits à chaque marché. En effet, les couleurs qui plaisent en Italie ne sont pas les mêmes qu’en Allemagne, ou en France.

Nous devons également être force de proposition sur de nouveaux designs auprès de nos clients automobiles. A ce titre, nous venons de réaliser un outil de démonstration de nos solutions très innovant avec l’aide de spécialistes des tendances de l’automobile, et nous allons le présenter à nos prospects et clients.

Notre troisième enjeu est l’agilité. Nous devons être capables de répondre encore plus rapidement aux besoins de nos clients. A cet effet, nous allons prochainement installer une ligne d’essai pilote qui nous permettra de réaliser des essais de nouveaux produits très rapidement, sans impacter nos lignes de production. Cette ligne pilote nous permettra d’accélérer le développement de nouveaux produits, et d’être plus réactifs dans la phase amont de co-conception avec nos clients.

Notre quatrième enjeu est la digitalisation. La crise sanitaire a montré la forte hausse du commerce en ligne. C’est un enjeu que nous étudions, au même titre que d’autres solutions de type EDI, ou de Supply Chain intégrée avec nos clients et distributeurs, afin d’optimiser les stocks et la qualité de service tout au long de la chaîne. Nous sommes en train de mettre en place un système de type Kanban avec l’un de nos clients.

Notre dernier enjeu est l’excellence opérationnelle. Etant présents dans le secteur automobile notamment, nous devons être le miroir de nos clients, à travers un processus d’amélioration continue qui est déjà en place et que nous devons faire vivre au quotidien. Nos clients nous poussent à devenir chaque jour meilleurs et à nous remettre en question.

Quels sont vos premiers axes stratégiques ?

Comme je l’ai évoqué, nos axes stratégiques tournent autour des thématiques de développement durable, d’innovation, d’agilité, de digitalisation, et d’excellence opérationnelle.

J’ajouterai 2 axes stratégiques : le renforcement des synergies entre les sociétés Griffine et Plastibert, et le développement de l’engagement collaborateurs, qui constituent la première ressource de l’entreprise.

Avez-vous un message à faire passer aux clients ?

Mon message aux clients serait : aidez-nous à mieux vous servir, en nous faisant part de vos problématiques, vos besoins, vos envies.

Malgré le contexte sanitaire, j’ai dès mon arrivée commencé à rencontrer nos principaux clients et nos distributeurs en France et en Italie, et je vais poursuivre ces rencontres dans les 3 prochains mois.

Je souhaite également mener une vaste enquête auprès de nos clients, pour mieux comprendre leurs attentes et ainsi mieux les servir. Servir nos clients est notre premier devoir.

Cotting, pour vous, c’est quoi ?

Cotting, c’est un diamant brut à polir, et une longue histoire à perpétuer en l’adaptant aux nouveaux enjeux.